GAZO - Samedi 9 Juillet

Un rappeur, c’est avant tout une voix. Celle de Gazo est à l’image du personnage : éraillée, grave, et menaçante. Elle est aussi l’une des plus en vue de la vague drill française, sous-genre rap qui a tout ravagé sur son passage dans l’Hexagone en 2020, et qui a vu une nuée de jeunes rappeurs tenter de s’y faire un nom. Pourtant, comme le dit Gazo sur son titre Inceste : « Depuis la drill j’ai eu beaucoup d’enfants / Mais les baiser serait de l’inceste ». Le décor est planté, et est prêt à accueillir sa nouvelle mixtape, sobrement intitulée «Drill FR». Limpide, comme pour montrer qu’en nos contrées, cette musique est sienne. Car le natif de Paris n’a rien d’un débutant. Même si son nom a commencé à retentir en 2019 avec les premiers pas de son label BSB, cela fait quinze ans que le rap rythme sa vie et celle de ses potes, ses « gazos » comme il les appelle, et avec qui il vole en essaim dans les rues de Saint-Denis depuis sa prime adolescence. Son premier texte, il l’a écrit en cours au dos d’une feuille de contrôle, comme pour montrer que son apprentissage de la vie ne se ferait pas dans les salles de classe, celles-là même qu’il quittera définitivement à l’âge de 12 ans. De là, c’est à la dure qu’il s’instruit. Dans la rue, et dans les studios où il passe ses nuits, animé par le besoin de créer et par la nécessité. Aujourd’hui, Gazo a 26 ans, et tout son passé hante sa musique. Ce qui frappe également, c’est son aisance et sa singularité, toutes deux acquises en travaillant sa technique, notion que beaucoup de nouveaux venus ont tendance à délaisser. La pratique des différentes écoles du rap lui a permis de s’ouvrir des perspectives sonores, d’être plus libre musicalement. Car si la drill est sa musique de prédilection, Gazo est également obsédé par la mélodie, avec tout le perfectionnisme et le savoir-faire que cela sousentend. La drill, parlons-en. Gazo fait partie des rares Français qui, en plus de s’approprier ce son, deviennent des garants de son esprit en s’inspirant des fers de lance anglais, et bien sûr de la drill originelle de Chicago, celle de Chief Keef. Mais un débat fait rage : seuls ceux qui ont vécu des crasses seraient dignes de la pratiquer. Au moins, avec Gazo, il n’y a pas de discussion possible. D’ailleurs, rien d’étonnant à voir que quand s’agit de faire un featuring, c’est lui que les poids lourds appellent. En un an, on l’a vu collaborer avec Hamza sur «Drill FR 5», avec Jul sur «Dors on te piétine», avec Kaaris sur «Five-O», ou plus récemment prêter main forte à Gims sur son dernier album avec le titre «Oro Jackson». Mais son véritable coup de force est certainement «Drill FR 4», en featuring avec Freeze Corleone, et qui cumule plus de 10 millions de vues sur Youtube. Un missile, une menace sonore qui fut l’un des temps forts du rap français de 2020, produit par l’un des beatmakers les plus en vue du moment, Flem. Ce dernier est d’ailleurs, aux côtés des producteurs 10pm, Hakai Beats, ou encore Dallas, l’un des principaux architectes de la mixtape de Gazo. Sur «Drill FR», on retrouve la rage et la dangerosité de son flow, comme sur le premier single, «Tchin x2». Mais également son attrait pour la mélodie, particulièrement mobilisée sur «Euphon», ou sur le second single du projet, «Kassav», en featuring avec Tiakola, et qui trahit les inspirations américaines du rappeur. Avec l’autre single «ASAP», c’est le Gazo sorti de ses gonds, sévère et insolent qui retentit. Celui qui provoque, celui qu’on connaît désormais. «Drill FR» convoque une volée d’influences, poussant des rappeurs bien établis à vouloir y participer. Landy et Franglish sur «GO», Hache-P sur «Cache Cou». Et des artistes internationaux comme les Anglais PA Salieu et Unknown T sur «Mon cher», ou Luciano, venu tout droit d’Allemagne pour le featuring de «On a». Mais que les choses soient claires : l’ADN de la mixtape se compose principalement de basses pénétrantes, de hi-hats effrénés et de textes sombres contant l’authenticité du rappeur et la violence qui l’entoure. De la drill, en somme. Bien aidé par les beatmakers Shuriken, Nardey et 10pm, entre autres, il prouve qu’il est définitivement le porte-drapeau de la drill française. Qu’on se le dise, le trône n’est pas vacant : Gazo y a posé son grillz.